le SIVOM des Villages Détruits

SIVOM des Villages Détruits : création en 1987

Stèle Poincaré - en bord de route entre le cimetière et la Chapelle -

à propos de feu le SIVOM DES VILLAGES DÉTRUITS EN 1916

1ère GUERRE MONDIALE  1914 / 1918   

- notre département paie un lourd tribu, notamment  lors de la Bataille de Verdun en 1916Neuf villages  de la ceinture de Verdun  sont complètement détruits par les combats, en protégeant Verdun :  Beaumont, Bezonvaux, Cumières, Douaumont, Fleury, Haumont, Louvemont, Ornes, et Vaux, tous sacrifiés.

Après la guerre,  il est décidé de ne pas les rattacher à d'autres communes et de conserver à jamais leur Mémoire. Ils sont administrés par une commission  municipale de trois membres nommés par le Préfet de la MEUSE, sur proposition du Conseil Général, avec un président et deux membres ou adjoints. Ces Présidents de Commission Municipale, couramment appelés Monsieur ou Madame le Maire, disposent de  toutes les prérogatives d'un maire à l'exception du vote pour les sénatoriales.

Vaux, grâce à sa petite gare active pendant et après la guerre, et aux 12 personnes  s’y rattachant  qui résidaient  sur place, a toujours  conservé un CONSEIL MUNICIPAL ÉLU.

Depuis mars 2014 Ornes et Douaumont on pu élire également, et légalement,  un maire, à la faveur de nouveaux textes législatifs ramenant le nombre de conseillers à sept.

Aujourd'hui, les neuf communes détruites sont toutes adhérentes à la Communauté de Communes de Charny-sur-Meuse.

 


 

Petit historique du SIVOM 

Le 22 décembre 1987, huit des neuf communes détruites de la ZONE ROUGE de VERDUN  constituent un SIVOM, le SIVOM DES VILLAGES DÉTRUITS EN 1916, pour assurer un débroussaillement au départ, puis l'entretien des chapelles, des espaces verts, des  cimetières, et des monuments aux morts  érigés après la guerre.

Vaux est exclu lors de la création de ce SIVOM  par les représentants de l’ ÉTAT, Yves Galland, venu de Paris, alors  ministre délégué aux Collectivités locales dans le second gouvernement de Jacques Chirac de 1986 à 1988, aujourd’hui président de BOEING France,  et le sous préfet Charles Ayrolles ( † ) ,sous préfet de Verdun du 8 juillet 1985 au 3 mars 1989, date de la nomination de son successeur Hugues De CHARRETTE de la CONTRIE.

Le maire de la commune de VAUX DEVANT DAMLOUP, Bernard BERTRAND, (maire de 1983 à 2014),  apprend par la presse, le lendemain de sa création, comme tous les lecteurs de l’ EST RÉPUBLICAIN),   la création du SIVOM à 8 villages,

il s’ élève violemment  contre cette décision qu'il juge inique, dénonçant « une réécriture assassine  de l’ Histoire »… « par des fonctionnaires de passage »… il  convoque ses conseillers municipaux, et bat la campagne, mais rien n’y fait !   La réponse, aimable, du sous préfet de Verdun, Charles Ayrolles(), par courrier officiel,   est   claire et sans appel possible :

 « ...Vaux est maintenant un village à part entière, et n’ a pas besoin d’un ballon d’oxygène... » ...

N’ ayant obtenu aucun soutien des autres villages, pas plus que du  Conseiller Général Yves Peltier, l’ affaire en  reste là.

                                   donc  … « On se débrouillera seul (s) à Vaux  ! » 

Quelques années plus tard, Monsieur Jean Claude CAILLE, président dudit SIVOM,  propose au conseil de Vaux, une « entrée par la petite porte », soucieux de corriger, en toute amitié, « l’ injustice administrative », et historique !

Mais la perspective ne présente plus guère d’ intérêt pour Vaux : la manne financière et les subventions carottes du début sont retombées, et puis le strapontin disponible n’ attire guère le maire Bernard BERTRAND.

à noter :  côté budget  - la participation financière de la commune de Vaux envers le SIVOM,  selon la curieuse clé de répartition statutaire d'alors,  aurait été  si élevée, que l’ opération devenait "mission budgétaire à haut risque" (après simulations de la Trésorerie de Charny à l’époque, - trésorière Mme Boulet -)

Où il est question d' un « plan B » mis en place  par le maire de Vaux :

- avec le Souvenir Français, présidé alors par le Général FALLON, puis le Colonel BROISAT : une prise en charge à 100 % de la Chapelle, du Beffroi, et du Monument « on ne passe pas »*…est négociée, et suivie de travaux, réguliers :     

- électrification (bénévolat), toiture de la Chapelle (Hory, Petry), croix (Petry),  vitraux, peintures et fresques (Gallone),   protections des vitraux et du clocher (Tétard),  cloche de la Chapelle (bénévolat), travaux de pierre sur la Chapelle (Jean DE MARCK), et sur le Beffroi ( VARNEROT père et fils),

- pour le monument "On ne Passe Pas", ce sera régulièrement  l’ entreprise BUFFELO ( pise en charge SF et bénévolat), puis l' entreprise CORVISIER de Bethelainville  ( bénévolat),

- pour le mât des couleurs du Monument aux Morts :    le Chantier d’ Insertion de FLEURY ( financé à 100% par le Souvenir Français – Commandant GRECO -- ), …     

   * (le cimetière n'est pas compris)

Finalement, on peut dire que le Village de Vaux ne s'en est pas si mal sorti jusqu'en 2014  Aime bien

 A  ce  jour  ces prises en charge à 100 %  "ne sont  plus possible."


 

épilogue

Après la création d’une CODECOM sur le canton de Charny en 2002, une superposition  inutile de compétences devient évidente, … engeandrant un lourd  cumul de contributions financières pour les 8 communes concernées .

Quelques années plus tard...la douloureuse suppression du S.I.V.O.M., alors remarquablement présidé  par  Madame Marie Claude MINMEISTER, - fille du président fondateur -,  est prononcée.

 

Le siège de ce SIVOM*  à sa création , était au  21 de la  RUE DU GENERAL DE GAULLE, c’ est à dire à la Mairie de BELLEVILLE SUR MEUSE, 55430   BELLEVILLE SUR MEUSE ( ! )

* Siret  245-501-044 00011 / code APE 8411Z Administration publique générale

 

sources : archives Vaux La Pastorale, Bernard BERTRAND,  et

https://www.google.fr/search?q=yves+Galland&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a&channel=sb&gfe_rd=cr&ei=RMAWVJ_KO9GKOt-VgLAE

Sourire voir ci-dessous la restauration du Beffroi en 2000, prise en charge à 100 % par le SOUVENIR FRANCAIS :

                          Bernard BERTRAND président honoraire du SOUVENIR FRANCAIS, pour  VERDUN et ses 3 cantons, et pour le canton de Charny, y compris sa Zone Rouge des 9 Villages Détruits.                            rédaction pour "Vaux La Pastorale" / déc. 2013

Travaux sur le Beffroi du village de VAUX devant DAMLOUP en 2000 - entreprise VARNEROT - financement à 100 % par le SOUVENIR FRANÇAIS - merci au Lt Colonel Pierre BROISAT délégué général à l' époque -

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

04.05 | 08:28

Saint Philippe et Saint Jacques
La Fête patronale à VAUX DEVANT DAMLOUP
http://www.vauxlapastorale.fr/242674019
Pourquoi l' EST RÉPUBLICAIN dans son BLOC NOTE..

...
03.07 | 21:44

Que de souvenirs dans le petit village de mon enfance !!!!!

...
16.03 | 20:07

Village au milieu de la forêt, superbe !!

...
17.11 | 12:08
SECURITE à VAUX a reçu 1
Vous aimez cette page